Monde des Rêves 2.0 de Salomon Koubatsou

Monde des Rêves 2.0 de Salomon Koubatsou

A la poursuite du bonheur_scènes 10 à 13

 

 

scène 10 :

 

lumière. Poutrelle est seul sur scène. Il semble fasciné par quelque chose que lui seul peut voir. Il ne souri pas mais semble impressionné par ce qu'il contemple.

 

Les trois autres arrivent derrière. Fleur leur barre la route d'un bras. Elle s'approche de lui.

 

Poutrelle : n'a pas remarqué la présence de sa sœur. Il s'accroupis en tremblant, submergé de terreur. Non...

 

Fleur : s'efforce de contrôler sa peur. Poutrelle, aller viens. S'il te plait !

 

Poutrelle enfoui son visage dans ses mains en hurlant.

 

Fleur : l'entoure de ses bras et parle d'un ton suppliant. Poutrelle... viens, tu ne peut pas rester comme ça ! Je t'en pris reviens avec nous.

 

Poutrelle regarde derrière lui. Et aperçois les deux autres. Il reviens très doucement vers eux et s'endors à leurs pieds.

 

L'ivrogne : caresse Poutrelle puis se tourne vers Fleur. Qu'est ce qui lui est arrivé ? Un temps. Ce n'est pas la première fois qu'il fait ça hein ?

 

Fleur : soupire. Ça lui arrive souvent. Tremble. Je sais pas pourquoi. Il se réveille la nuit, il s'enfuit et je le retrouve à un pas de la démence. Les larmes arrivent. Il rève d'aller où il veut quand il veut. Et moi je préférerai qu'il reste à mes côtés pour toujours. Jette un regard suppliant à l'ivrogne. je ne pourrait pas vivre en sachant qu'il est tout seul quelque part, livré à lui-même, incapable de se défendre ! Sans personne pour l'aider !

 

Silence. Moustique et l'ivrogne viennent vers elle et l'entoure de leurs bras dans un geste protecteur. Tout trois restent un moment serrés les uns contre les autres.

 

Noir progressif

 

 

scène 11 :

 

lumière. Sur la scène, une petite cabane isolant l'Homme qui est assis sur le canapé du début. L'Homme regarde le public ; il n'y a pas de mur devant lui donc il est visible par le spectateur.

Les quatre entrent sur scène, essouflés.

 

Moustique : Au retour, c'est moi qui nous guident ! Marre de se faire retarder en frappant à la porte d'un vieil ermite cannibale pour demander son chemin ! On a eu de la chance de pas y rester !

 

L'ivrogne : Laisse tomber Moustique. Je crois qu'on l'a enfin trouvé.

 

 

Moustique : le Miraculeux ? Mais comment tu peut le savoir ?

 

L'ivrogne : c'est marqué sur la porte, regarde. Lit un papier collé sur la porte. « Kiosque du très recherché, très aigri et très fantastique, Miraculeux. »

 

Ils se regardent tous, impressionnésI

 

Fleur : Bon... qui veut y aller en premier ?

 

Moustique respire profondément puis marche lentement vers la porte, tape deux fois, et rentre.

 

L'Homme : soupire. Oh putain, encore toi gamin !

 

Moustique : bouche bé. Je...vous....tu es l'homme qui lisait sur le canapé l'autre jours ! Un temps. Hésite. C'est toi le Miraculeux ?

 

Le Miraculeux (l'Homme) : A ce qu'on dit, oui.

 

Moustique : perplexe. Et tu peux vraiment exaucer n'importe quel vœux ?

 

Le Miraculeux (l'Homme) : A ce qu'on dit, oui.

 

Moustique : Désolé mais... j'en doute fortement. Tu n'a pas l'air d'avoir des pouvoirs surnaturels.

 

Un temps.

 

Le Miraculeux : qu'est ce qui te fait croire que je peux exaucer les souhaits ?

 

Moustique : déconcerté. Heu... et bien parce que tu es le Miraculeux, le faiseur de miracle. un temps. Tu es sensé exaucer les souhaits des gens non ?

 

Le Miraculeux : Arrêtes de croire en ces conneries. Je ne suis qu'un vieil homme comme un autre et je n'ai aucun pouvoir.

 

Moustique : Mais...la colère monte. Alors c'était des mensonges c'est ça ? Le Miraculeux n'est rien d'autre qu'un vieux clochard ! Tu n'as aucun pouvoir hein vieux con ? Alors pourquoi tu fais ça ? Pourquoi tu te fais passer pour ce que tu n'est pas ? Pourquoi tu t'amuses à donner de faux espoirs aux gens ?

 

Le Miraculeux : Je n'ai jamais donné de faux espoirs aux gens.

 

Moustique : furieux. A ouais ?

 

Le Miraculeux : Ouais ! Réfléchis un peu gamin ! Si je ne faisais rien pour exaucer les souhaits des gens, comment aurais-je pu avoir une aussi grande réputation partout dans le monde ?

 

Moustique : un temps. Reprends, moins sûr de lui. Alors que fais-tu aux gens qui te demande de l'aide si tu n'as aucun pouvoir ?

 

Le Miraculeux : tu est peut-être encore un peu jeune pour comprendre l'immense pouvoir contenu dans les mots, Moustique. Fait-moi confiance, laisse moi m'occuper de tes amis.

 

Moustique s'en vas, dépité.

 

L'ivrogne : se redresse à son arrivé. Merde ! Il a aucun pouvoir c'est ça ?

 

Moustique : tu nous a entendu ?

 

L'ivrogne : Non, pas besoin : tu voulais lui demander d'être grand mais tu est toujours aussi minuscule. Soucieuse. Qu'est ce qui s'est passé ? Il n'a pas de pouvoirs ?

 

Moustique : désorienté. Et bien en faite...je...heu... je...je ne suis plus sûr de croire en ces histoires de Miraculeux. Personne ne peut avoir le pouvoir d'exaucer les souhaits n'est ce pas ?

 

Le Miraculeux : arrive discrètement derrière lui. Ça, ça dépend de la façon de l'exaucer. Je t'ai dit d'avoir confiance en moi ! S'adresse aux autres. Je suis celui que vous chercher. Énoncez-moi vos souhaits.

 

Un temps.

 

L'ivrogne : je veux un mec !

 

Fleur : moi je voudrais que Poutrelle devienne normal !

 

Moustique : et moi j'aimerais grandir.

 

Le Miraculeux : montre Poutrelle du doigt. Et toi jeune homme ? Que désire-tu ?

 

Poutrelle se cramponne à la main de sa sœur, le regard hébété, prononce quelques syllabes incohérentes.

 

Fleur : Il n'a pas de souhait. Je gaspille déjà le mien pour le soigner alors c'est bien logique qu'il se contente de ça !

 

Le Miraculeux : fait un mouvement de recul en la considérant avec dégoût puis se tourne vers l'ivrogne. Tu voudrais un homme ? Voici le tiens.

 

L'ivrogne : hein ? Vous parlez de Poutrelle ?

 

Le Miraculeux : Je sens d'ici l'affection que vous nourrissez l'un pour l'autre. Tu aimeras Poutrelle comme il est et lui t'aimera en retour et sera heureux de rester à tes côtés.

 

Poutrelle pousse un cris de joie et se jette dans les bras de l'ivrogne qui semble prise au dépourvu mais heureuse et émue.

 

Fleur : Quoi ? Mais...Poutrelle...non !

 

Le Miraculeux : se tourne vers elle. Je sais que tu aime ton frère et que tu ne souhaite que le protéger. Mais jamais tu ne pourra lui offrir la vie dont il a besoin. Ne pourris pas plus son existence ! La tienne va bientôt te rattraper et c'est sûrement mieux ainsi.

 

Fleur : Mais...mais sans lui je ne pourrait pas vivre ! Tombe à genoux en avant scène et enfoui sa tête dans ses mains, en proie à une véritable crise d'hystérie. Non ! Je ne voulais pas te rendre malheureux. Reste avec moi Poutrelle ! En larme, elle se couche par terre et sanglote quelques instants avant de s'immobiliser ; morte.

 

Noir progressif, lumière très faible

 

 

 

 

 

scène 12 :

 

Poutrelle s'avance près du corps de sa sœur. Il s'est redressé de toute sa hauteur pour la première fois de la pièce. Pour la 1ere fois, on voit un homme en lui.

 

Poutrelle : Fleur...un temps, essaye doucement de la reveiller. Fleur.

 

Les deux autres le regarde plein d'horreur et de tristesse

 

le Miraculeux : tête basse. J'ai exaucé tout vos souhaits.

 

Moustique : se retourne, tremblant de rage. Exaucé tout nos souhaits ? Tu as tué Fleur ! Vous n'avez aucun pouvoir ! tombe à genoux, terrassé par la tristesse. Tu n'est rien de plus que le plus misérable des meurtriers. Tu ne mérite pas l'attention qu'on te porte. Tu profite des blessures des gens malheureux pour les faire disparaître. Relève la tête et hurle. Tu l'as fais disparaître !

 

Le Miraculeux : Je n'ai rien fait à Fleur. Comme tu me l'a fais remarquer, je n'ai aucun pouvoirs ; que ce soit celui d'exaucer les vœux des personnes, où de prendre la vie d'un innocent. Mais il n'y a pas nécessairement besoin de pouvoirs magiques pour réussir cela. Le souhait de Fleur était de voir son frère devenir humain. Et Poutrelle a reçu les preuves d'amour de deux personnes : sa sœur et l'Ivrogne. Un simple amour. Il ne faut rien de plus à un humain pour vivre. Moustique se relève et regarde le corps de Fleur, attérré. Pense-tu vraiment qu'elle aurait été capable de continuer à vivre sans lui ? D'un certaine manière, son souhait aurait été d'arréter de vivre. Un temps. Ce n'est pas moi qui ai tué Fleur, c'est sa tristesse et son besoin d'amour qui ont eu raison d'elle.

 

Moustique : se calme un peu, toujours abattu. et...et mon souhait à moi alors ?

 

Le Miraculeux : Tu as plus d'avenir que de passé. Regardes-toi Moustique. Tu as déjà tellement grandis depuis notre première rencontre. Ce souvenir doit d'ailleur te sembler bien lointain à présent. Ne crains rien ; tu deviendra grand beaucoup plus tôt que tu ne le crois. Lui touche délicatement l'épaule. Peut-être même plus que tu ne l'aura voulu.

 

Moustique va rejoindre l'ivrogne et Poutrelle et tout trois se serrent les uns contre les autres.

 

Poutrelle : secoue la tête. Tout ça pour ça.

 

L'Ivrogne : Exactement ! Les deux autres lui lance un regard interloqué. Quoi ? Tu penses sincèrement que Fleur est morte, qu'elle est partie, qu'elle t'a abandonné alors que tu es resté avec elle toutes ces années ? Alors oui, c'est vrai, c'est pas tout beau tout rose mais ça fini bien ! Et Fleur est vivante ! Qu'importe qu'elle ne puisse plus te parler ; Tu connaîs le son de sa voix. Qu'importe qu'elle ne puisse plus jamais marcher à tes côtés ; tu l'imagines déjà près de toi en ce moment-même. Elle a bien de la chance au fond. Elle dont le souhait aurait été de ne jamais avoir à te quitter. Un temps. Pense à ce qu'on pourra faire demain toi et moi. On pourra boire un coup en hommage à notre aventure ; commence à sourire. On finira bourré, alors on ira se promener en titubant et en se cachant un œil pour pas tomber dans une bouche d'égout, puis on ira en boite de nuit et vers 4 heures du matin, on s'enfuira, le videur au basques, pour finir notre nuit tout nus dans un contener à poubelle.

 

Poutrelle : rêveur. Et on se moquera de la tête des éboueurs qui nous découvriront dedans le matin.

 

Moustique hoche la tête et esquisse un petit sourire. Poutrelle rend son étreinte à l'ivrogne.

 

noir

 

 

 

 

 

scène 13 :

 

la scène est entièrement vide. lumière progressive. Poutrelle est assis, seul en avant-scène.

 

Poutrelle : le bonheur est une chose étrange. Toujours présent mais en même temps, tellement

lointain, comme un ami que l'on chercherai du regard en permanence. C'est comme un but, un objectif que l'on se fixe dès la naissance L'Ivrogne entre à jardin et prend Poutrelle par la main en se placant à côté de lui. Le bonheur est invisible. Même si on pense le posséder. On ne se rend pas forcément compte qu'il est parfois juste sous notre nez. Le bonheur, on ne le comprend vraiment que quand il est parti. Moustique entre à cour et prend Poutrelle par son autre main. Mais le bonheur vaut la peine d'être cherché. Celui qui comprend que le bonheur peut se trouver partout, un temps. est un homme heureux. Fleu se trouve dans le public en train de marcher entre les spectateurs. Elle va les rejoindre lentement sur scène. Une vie ne dure qu'une seconde. Cet instant si fugace, si infime, doit valoir la peine d'être vécu. Seul celui qui pense vivre dans le malheurs sera vraiment malheureux. La joie est partout ! Ne poursuit pas le bonheur ! Laisse le te trouver. Un temps. Tout les quatre fixent un point quelque part dans le vide. Regarde... il est juste ici. Un temps. Tu le vois ?

 

Noir.

 

 

 

FIN !!!!! ;)

 

 

 

 

 

 

 

 

 



03/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 2 autres membres