Monde des Rêves 2.0 de Salomon Koubatsou

Monde des Rêves 2.0 de Salomon Koubatsou

A la poursuite du bonheur_scènes 5 à 9

Scène 5 :

 

Fleur et Moustique restent assis, silencieux, sans oser croiser le regard de l'autre. Jeu de regard.

 

Moustique : finit par prendre la parole. Fleur ?

 

Fleur : Oui ?

 

Moustique : Qu'est ce que tu veut demander au Miraculeux ?

 

Fleur : C'est pas pour moi. C'est pour Poutrelle ! Je veux qu'il devienne normal ! Marre d'avoir un crétin d'autiste en permanence autour de moi !

 

Moustique : choqué. Et... tu lui as demandé son avis ?

 

Fleur : Pourquoi faire ? Il comprend rien ! Et puis pourquoi ne voudrait-il pas être normal ?

 

Moustique : Il semble heureux comme ça...

 

Fleur : Ouais bah il sera aussi heureux quand il sera normal.

 

Moustique : la regarde éberlué puis finit par secouer la tête en levant les yeux aux ciel. Putain...

 

Fleur : ne semble pas l'avoir entendue. Et toi, tu aimerais lui demander quoi ?

 

Moustique : Je veux être grand.

 

Fleur : Comment ça grand ?

 

Moustique : Bah grand comme vieux quoi ! Quand on est petit, personne nous écoute, personne nous prends au sérieux, personne fait attention à nous. Je veux pas attendre encore pour vieillir. Je veux être un adulte maintenant ! Je veux être écouté et respecté. Un temps Mais en même temps, je n'aime pas les adultes. J'aimerai être un enfant à l'égal des adultes. C'est tout.

 

Fleur : Débile de vouloir vieillir.

 

Moustique : la regarde dans les yeux. Pas plus que de vouloir décider sois-même de destin de son

frère sans se demander si c'est ce dont il a envie.

 

Fleur le regarde un instant puis se recouche.

 

 

Scène 6 :

 

Moustique s'approche de Poutrelle qui dort toujours et pose une main sur ses côtes.

 

Moustique : Pauvre vieux. Depuis combien de temps est-tu né ? Depuis combien de temps vis-tu en compagnie de cette horreur ? N'a-tu jamais rien connu d'autre que le rabaissement ? À quoi peut-tu bien réver ? Si tu avais toi aussi, l'opportunité de demander quelque chose au Miraculeux, que demanderais-tu ? As-tu seulement une idée de ce que tu aimerai être ou avoir ? Après tout, tu semble en paix et heureux comme ça. un temps. Comment se fait-il que de nous quatre, c'est toi le plus à plaindre qui est le plus heureux ?

 

 

Scène 7 :

 

l'ivrogne fait semblant de dormir. Elle s'approche doucement de la bouteille puis commence à la boir discrètement. Moustique s'en aperçoit et lui saute dessus pour la lui arracher des mains.

 

L'ivrogne : tente de lui reprendre la bouteille. Mais merde ! Ça te tuerais de me laisser être heureuse juste un instant ?

 

Moustique : Y a d'autres moyens que ça pour être heureux. Et puis tu n'avais pas l'air si heureuse que ça quand je t'ai rencontré.

 

L'ivrogne : en proie à une crise de folie à cause du manque. Elle hurle. C'est pas ton problème ! Donne la-moi si tu veut pas que je t'enfonce ta stupide écharpe au fond de ton estomac !

 

Moustique : méprisant. Tu voit? Regarde-toi t'es pitoyable dans cet état.

 

Un temps. L'ivrogne prend sa bouteille dans ses bras et reste prostrée ainsi un moment. Moustique la regarde avec tristesse et compassion.

 

Moustique : C'est ça que tu veut demander au miraculeux hein ? Tu voudrais être heureuse ?

 

L'ivrogne : Ca serait pas une mauvaise idée mais non, c'est autre chose. Un temps. Se redresse. Je veux un homme !

 

Moustique : ahuri. Un homme, tu veut dire... un garçon ?

 

L'ivrogne : Oui, un mec, un vrai ! L'amour ! Tu devrais demander ça au Miraculeux plutôt que de vouloir grandir !

 

Moustique : comment tu sais ?

 

L'ivrogne : Toujours se méfier du chat qui dort ! Rigole. Mais j'avoue que ton souhait est toujours mieux que celui de l'autre barbie. Tête d'enterrement de Moustique Ouais. Bon allez tu devrais dormir. J'ai une bouteille à vider.

 

Moustique se rendort.

 

 

scène 8 :

 

l'ivrogne commence à boir mais Poutrelle se réveille en sursaut en poussant un cri de joie.

 

L'ivrogne : Qu'est ce que tu fous réveillé toi ?

 

 

Poutrelle : sur le même ton que l'ivrogne tout-à-l'heure. Toujours se méfier du chat qui dort !

 

L'ivrogne : esquisse un sourire. Mouais... bon. Lui tend la bouteille t'en veux? J'ai cru comprendre que t'avais un faible pour ça.

 

Poutrelle : lui prend la bouteille en sautant de joie. Ouais ! Vive les bouteilles !

 

L'ivrogne : Toi ! Toi tu me plais toi !

 

Les deux prennent tour à tour la bouteille et boivent de longues gorgés. Ils deviennent rapidements soûls et commence à improviser une sorte de danse sur la musique « you make me feel » de MJ. Après la danse, ils s'affalent tout deux par terre

 

l'ivrogne : Tu sais, tu m'intrigue beaucoup Poutrelle : Tu adore l'alcool mais tu n'en a pas besoin car tu n'es pas malheureux. Un temps. Poutrelle, tu es malheureux ?

 

Poutrelle : Non. Pour rester heureux !

 

L'ivrogne : ne sourie plus et prend un air sérieux. Mais ce n'est pas normal tout de même ! Tu es heureux en permanence.

 

Poutrelle : Oui ! Pas toi aussi ? T'as la bouteille toi !

 

L'ivrogne : soupire. L'alcool ça rend pas heureux. Non, je t'assure ! Un temps. Deviens pas comme moi Poutrelle ; t'as mieux comme exemple. A ses mots, Poutrelle lui fait un câlin. L'Ivrogne pousse une sorte de gémissement mi-effrayé mi-déconcerté. Bon, j'imagine que tu n'est pas près d'être comme moi... rigole nerveusement. Les deux finissent par se rendormir.

 

 

Noir

 

 

scène 9 :

 

lumière progressive. Poutrelle se lève soudainement et s'en va. Un peut plus tard, les autres se lèvent en s'étirant.

 

Fleur : décidément je ne voit vraiment pas comment on peut dormir à même le sol !

 

L'ivrogne : Simple question d'habitude.

 

Fleur : Bon ! Regarde autour d'elle. Poutrelle ? Oh merde ! Poutrelle a encore filé pendant la nuit ! On va perdre un temps fou à le chercher ! Soupire, exaspérée. Mais quel crétin, vraiment ! Il faudrait le mettre en laisse. Je me demande parfois si il est suffisament humain pour que le Miraculeux accepte de le guérir.

 

L'ivrogne : Me dit pas que t'es surprise qu'il se soit fait la malle ! Avec une sœur pareille, je partirai aussi à sa place. T'as vu comment tu le traite ? À sa place, n'importe qui voudrait saisir l'occasion de prendre ses distances avec toi ne serais-ce qu'une nuit !

 

 

Un temps. Fleur dévisage lentement l'ivrogne.

 

Fleur: Qui te donne le droit de me dire ça ? Qu'est ce que tu connais d'une vie de grande sœur ? Que sais-tu d'un petit frère handicapé que tu es obligé de protéger à chaques instant de ta vie ? Boulversée, elle commence à pleurer. Qu'est ce que tu sais d'une vie consacré à aider le seul membre de ta famille qui ne t'a pas abandonné ? Elle se tait, en pleur.

 

Silence.

 

Moustique: Il est humain et il n'a pas de laisse. Il reste avec toi mais rien ni personne ne l'y force. Et il continue de rester avec toi. Je ne vois pas pourquoi vous vous inquiétez. C'est évident, non ? Il va revenir. Il ne partira pas. Regarde Fleur Pas si elle est toujours là.

 

L'ivrogne : renfrognée mais penaude. Bon. Allez en avant ! On a pas toute la journée, retrouvons-le.

Fait mine de partir et s'arrète au bord de la scène pour attendre les deux autres.

 

Moustique prend Fleur par une main et l'entraine dans la direction de l'ivrogne. Cette dernière hésite puis fini par lui prendre son autre main.

 

noir

 

 

 

 

 



03/03/2017
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Ces blogs de Littérature & Poésie pourraient vous intéresser

Inscrivez-vous au site

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 3 autres membres